Sondage

Présidentielle : Dans la semaine précédent le premier tour, savez-vous pour qui vous allez voter ?

Actualités

25/10/2016

Une réunion conviviale sous fond de baisse des dotations

Assemblée des maires • 420 maires se sont réunis autour de Francis Labruyère, président de l’association des maires de Tarn-et-Garonne

Le Petit Journal | Tarn-et-Garonne | Actualités | Une réunion conviviale sous fond de baisse des dotations
-
+
Ils étaient nombreux à avoir jugé utile de prendre part au congrès des maires : près de 420 élus tarn-et-garonnais ont garni l’Espace Confluence Moissac ce samedi matin à l’occasion de la réunion annuelle des élus locaux du département.
Un rendez-vous devenu traditionnel et auquel les élus sont attachés puisqu’il leur donne l’occasion d’échanger sur des problématiques communes, avec beaucoup de sérieux mais toujours dans la convivialité.
Il est sûr que les années se suivent et les craintes ne se sont pas évaporées. On se plaint. Ça ne change rien. Et l’année d’après, on recommence. L’année dernière c’était le mariage de certaines communes contre leur volonté, cette année ce sont ajoutés les problèmes de trésorerie… de quoi décourager. Parmi eux, les maires ruraux sont déçus par la loi de finances pour 2017 qui ne réforma pas la dotation globale de financement alors qu’elle avait augmenté l’année dernière pour les agglomérations. Autrement dit, la fracture territoriale continue de s’accroître avec l’impression d’un double langage : dire une chose sur le terrain et une autre dans l’hémicycle.Pris entre une opinion publique qui a perdu confiance en ses élites et un Gouvernement qui a rompu le contrat de confiance qu’il avait avec les collectivités territoriales, nos édiles doivent jongler avec les baisses de dotations, les transferts de compétences et les fusions engagées plus ou moins à marche forcée au travers de la Loi NOTRe. On décide en haut et on paye en bas.
La Gauche défend son bilan
Pourtant cette idée n’était pas partagée pas les deux députées et le ministre présents dans la salle. C’est que 2016 n’est pas tout à fait comme les autres, le chant des sirènes à l’aube d’une année présidentielle s’est fait entendre. À cet exercice, la députée Valérie Rabault fut la plus concrète avec une rivière de chiffres propre à noyer un jeune mousse. De ses dires, les dotations de l’État en Tarn-et-Garonne ont considérablement augmenté par rapport à l’année dernière : « Des progressions comme celle-ci, on n’en a jamais vu dans l’histoire ».
La députée Sylvia Pinel parla région et appela de ses vœux la mise en place d’une pause, tout comme Jean-Michel Baylet : « je n’essaierai pas d’attacher mon nom à une loi supplémentaire concernant les collectivités territoriales […] Je suis là pour mettre de l’huile dans les rouages ».
À six mois des élections présidentielles, l’heure n’est plus à froisser les élus de terrain. Jean-Michel Baylet, fort de quatre décennies de pratique politique, s’y prête avec une certaine aisance. Sa gouaille pourrait concurrencer le plus éloquent des camelots.
Pourtant les dotations vont continuer de baisser et les Départements voient disparaître 400 millions d’euros alors qu’ils sont déjà écrasés par la demande sociale.


3 millions €
Au Conseil départemental le constat est sévère. La baisse des dotations de l’État en 2016 s’élève à 3M€, soit -5,25%, et les fonds d’investissements qui existent aujourd’hui sont loin de compenser ces diminutions.


Vite lu :
La « motion commune »
Pas d’attaque en tribune de la part de Christian Astruc mais une feuille distribuée à l’ensemble des participants. Le Conseil départemental de Tarn-et-Garonne a signé une motion commune dénonçant « le scandaleux hold-up prévu par le projet de loi de finances pour 2017 » enlevant 400 millions de ressources aux départements. Ils souhaitent que l’État redonne aux Départements une véritable autonomie financière.
Une classe mobile numérique
Cette année, le Conseil Départemental a doté 7 des 17 collèges d’une «classe mobile» comportant 30 tablettes numériques. Ce plan sera poursuivi en 2017 et 2018 pour que l’ensemble des établissements en soient dotés. En parallèle, les équipements « fixes » vont être renouvelés selon un programme triennal. Ces engagements ont coûté 1 250 000 € en 2016 et nécessiteront une enveloppe supplémentaire de 800 000€ sur 2017 et 2018.
Chacun le sien
Dernier à prendre la parole, les élus de la majorité gouvernementale ont pu répondre aux critiques, avec plus ou moins d’attention. Valérie Rabault s’est occupée de François Bonhomme quant à Sylvia Pinel et Jean-Michel Baylet, c’est Christian Astruc qui a eu droit à leurs banderilles les plus affûtées.
Baylet/Pinel, même combat
Entourés de leurs collaborateurs, le couple Baylet/Pinel paraissait bien seul devant la machine à café. Qu’à cela ne tienne, 1, 2, 3, c’est parti… le groupe se lance et fait le tour des élus : serrage de mains et un mot pour chacun. La campagne est lancée, homme politique c’est un métier.
Une fausse note
La députée Valérie Rabault a commis une fausse note en s’étonnant qu’aucune commune tarn-et-garonnaise n’ait encore contracté de prêt à taux zéro. Répondre à la baisse des dotations par l’emprunt n’a pas enthousiasmé la salle.
Qui sera le chef ?
Nouvelle intercommunalité dit nouveau président d’intercommunalité. L’occasion était trop belle pour jauger ses adversaires, lier des alliances ou tout simplement prendre la température. Ainsi, on a vu le maire de Nègrepelisse longtemps converser avec la mairesse d’Albias…
Le Quinté dans l’ordre
Au Congrès des maires, pour avoir l’arrivée dans l’ordre il fallait jouer en 1 le couple Baylet/Pinel (la photo finish n’a pas su les départager), en 3 Christian Astruc, en 4 François Bonhomme et en 5 Valérie Rabault. Yvon Collin était non-partant.
Respectueux
Pas d’écharpe posée devant la tribune, pas de huée dans la salle mais des applaudissements pour tous les intervenants… le congrès tarn-et-garonnais s’est passé sans effusion et en toute convivialité. Les maires ont fait preuve du plus grand respect envers les grands élus.
Humour grinçant
On connaissait les «sans-dents» de François Hollande. Samedi on a eu droit aux élus de poids qui brisent une chaise et aux docteurs qui se font élire maire pour leur retraite. Il n’y a pas à dire, les conseils de ministre doivent être hilarants.
Formidable
À croire que le ministre avait pris des extraits de Jacques Lang, samedi, tout le monde était formidable à une seule exception. Devinez laquelle…
Lexique
Il ne fallait pas oublier son lexique : FCTV, DETR, FSI, DSR, CIL, EPCI, PEI, FPIC, SDAN… Jean-Michel Baylet remporte la palme du plus grand utilisateur d’acronymes, d’une courte tête devant Valérie Rabault.
Le professionnel
S’il n’avait pas fait de la politique, Jean-Michel Baylet aurait fait fortune en vendant des cravates ou des presse-purée à la Foire de Toulouse. Sa voix de stentor sait tenir l’auditoire, il fait l’article et dans cet exercice il est l’un des meilleurs. Samedi, le produit à vendre n’était pas la candidature de François Hollande ou le bilan gouvernemental, il a même évité de trop en parler. Jean-Michel Baylet a surtout parlé de lui.
Powered by Walabiz
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.